遥かな町へ - Quartier lointain

Publié le par Oscar le canard

Derrière cette couverture assez lisse et celle de tous ses semblables (tome 2, coffret 1&2, amalgame 1+2...) se cache de la pure bombe.
On est loin de la violence, de la science-fiction et des petites écolières (quoique là...), on est dans l'émotion pure servie par un ressort imaginaire universel.

"Qui n'a jamais rêvé de retourner en enfance ? C'est exactement ce qui arrive à cet homme mûr, qui de retour d'un voyage d'affaires, fait un détour involontaire par sa ville natale. Profitant de l'occasion pour se recueillir sur la tombe de sa mère, il est alors projeté dans le passé. Il y revivra un morceau de son enfance, tout en gardant son caractère et son expérience d'adulte. Pour la première fois, il verra ses parents avec le regard de quelqu'un à même de les comprendre." (in rabat de couverture)

Un grand classique de Taniguchi qui aborde ses thèmes de prédilection, entre autres :

  • l'homme moderne perdu dans son travail,
  • le retour vers le passé,
  • la prise de contrôle des personnages,
  • la séparation des parents,
  • la nostalgie de l'enfance insouciante,
  • la séparation / l'incompréhension entre le monde des enfants et celui des adultes.

Malgré une proximité sur ces thèmes avec le "Journal de mon père", "Un ciel radieux" et la nouvelle sur le frère dans "L'orme du Caucase", ce livre est différent.
La révélation du vrai lien qui unit ses parents, la "re-découverte" de l'amour, le sentiment d'impossibilité d'influer sur le passé, les leçons qu'on en tire pour le présent sont autant d'émotions supplémentaires présentes dans cet ouvrage.
En plus la fin est plutôt heureuse, avec un dénouement en 3 temps : rencontre furtive et muette avec le père (comme dans la nouvelle sur la poupée de "L'orme du Caucase"), réconciliation avec la famille actuelle (comme dans le "Journal de mon père") et réception du livre de son ami d'école devenu écrivain. Mise en abyme : l'ouvrage s'appelle "Quartier lointain"...

Une histoire de 1998 en japonais, de style complétement Taniguchi (des trames qui déchirent, un trait génial, des ambiances superbement rendues, des personnages fouillés... tout cela au service des sentiments et de l'histoire elle-même). Frédéric Boilet, encore lui, en a fait une ré-adaptation complète en 2 tomes en 2002-2003. Cet ouvrage a obtenu l'Alpha'Art du meilleur scénario au Festival d'Angoulême 2003.
C'est vous dire.
Lisez-le.

Publié dans 漫画 - Manga & BD

Commenter cet article